Fatima Ghozelane
Sophrologie-Méditation-Qi-Gong Nantes et sa région
Fatima Ghozelane
Sophrologie-Méditation-Qi-Gong Nantes et sa région

Aucun titre à afficher

Douleurs chroniques

Douleurs chroniques

La sophrologie comme méthode de gestion de la douleur chronique : rappels sur les mécanismes de la douleur et le rôle actif de la sophrologie.

On distingue, 2 types de douleur :

La douleur aigue : atteinte tissulaire brutale et récente (> à 3 mois), alarme du corps qui révèle un danger potentiel ou existant.

La douleur chronique : continue ou récurrente qui peut durer plus longtemps que la période normale de guérison d'une maladie ou d'une blessure (> 3 à 6 mois). Elle peut être consécutive à une blessure, une intervention chirurgicale ayant pu causer une lésion nerveuse, une lésion des nerfs à la suite d’une infection…

Pendant longtemps la douleur a été considérée comme un phénomène essentiellement physique, aujourd’hui, on reconnaît son caractère plurifactoriel. La douleur est à la fois une sensation physique, une expérience émotionnelle, mentale et comportementale. 

Les 4 composantes de la douleur :

  • Sensorielle : mes sensations corporelles, leur localisation, intensité, durée, évolution...

  • Emotionnelle : ce que je ressens émotionnellement (désagréable, insupportable, colère, peurs et inquiétudes...)

  • Cognitive : ce que je me dis… comment est-ce que je l’interpréte...

  • Comportementale : comment est-ce que je la vis ? Incidence sur mon corps et mon quotidien (tensions et auto-renforcement, compensations, habitudes de fonctionnement...limitations...), mon quotidien…

La douleur est de ce fait personnelle et subjective, c’est la raison pour laquelle elle reste souvent difficile à définir, chaque personne la ressent différemment. 

Pour toutes ces raisons, la pratique de la sophrologie, méthode psycho-corporelle par exellence, a un impact bénéfique dans la gestion de la douleur, dans l’aide à la guérison, et l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades. Elle évite d’entrer dans le cercle vicieux de l’auto-renforcement de la douleur et de ses symptômes.

Dans certains cas, elle favorise les effets médicamenteux, dans d’autres, elles permet d’en diminuer les doses lorsque les effets indésirables sont trop importants. C’est une aide complémentaire, souvent en collaboration avec les professionnels de santé qui suivent le patient (médecins, kinésithérapeutes, infirmières…). En revanche, elle ne se substitue pas à un traitement et/ou suivi médical.

En apprenant à l’individu à écouter son corps pour mieux relâcher ses tensions, à adopter une respiration consciente génératrice de calme, et par des visualisations positives (suggestions mentales), son cerveau va peu à peu sécréter des endorphines, puissants anti-douleurs naturels.

Chacun a en soi la capacité de gérer la douleur. Autonomiser la personne dans sa pratique est un point essentiel dans le parcours d’aide à la guérison. La sophrologie, par ses techniques simples et accessibles à tous, permet au sophronisant de développer des compétences essentielles permettant d’améliorer son vécu au quotidien.

Et n’oubliez pas, il est aussi important pour la personne malade que pour son entourage - les aidants (familliaux ou personnels soigants) - d’apprendre à se préserver car nos émotions peuvent avoir un impact dans l’accompagnement. Votre sophrologue est là pour vous aider.

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.